Catégorie : Shima

Sekhu Warrior par Bastien Lecouffe Deharme.

Genre, sexe et Shima

Illustration de Bastien Lecouffe Deharme pour le jeu GODS.
GODS n’a pas de lien avec la langue Shima


Bien que les locuteurs du Shima aient parfaitement conscience des réalités biologiques du sexe et des nuances psychologiques et sociales du genre, il n’existe pas dans la langue de genre grammatical opérant une distinction portant sur ces critères. Le lexique Shima est pragmatique, opérationnel, et la convocation de valeurs traditionnellement associées aux principes mâle et femelle est réservée à la sphère philosophico-religieuse.

Uma est le terme décrivant tout être humain conscient, qu’il soit homme, femme ou indéterminé. Le critère qualifiant au terme Uma est communément accepté comme étant la sentience et le libre arbitre.

Les fonctions, rôles et titres, comme tous les autres substantifs, sont donc indifféremment attribuables aux êtres vivants de sexe féminin et masculin. Cette disposition incarne dans la langue la conviction culturelle que le genre et le sexe ne sont pas de nature à catégoriser le rôle social des humains.

Roi et reine sont Raba, guerrière et guerrière sont Murmak et prêtre et prêtresse sont Shalima.

Deux nuances sont à apporter à ce constat linguistique. D’une part, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas une segmentation liée au sexe dans les fonctions occupées par chacun. La distribution des femmes et des hommes dans les différents compartiments sociaux n’est pas homogène mais ces catégories sont poreuses et les migrations d’une fonction à l’autre acceptées pour les deux sexes. D’autre part, certains êtres humains ne sont pas considérés comme Umai, du fait d’un handicap mental, d’un style de vie en contradiction avec les valeurs consensuelles de la société ou d’une altération du jugement fréquemment attribuée à l’influence d’un esprit.

Les buveurs de sang Kumanai ne sont plus Umai dès lors qu’ils sont soumis aux pulsions de leur frère sombre Karnohaluma. La déshumanisation de l’adversaire est également une notion utilisée politiquement pour justifier guerres et répression.

Le bon Shama

La racine shm est associée aux valeurs positives de vie, de clarté, d’harmonie et de rectitude incarnées par le soleil Shama, force vitale chaleureuse et organisatrice.

De nombreux mots comportant la racine shm véhiculent des notions qui sont autant d’aspects et de déclinaisons de ce principe solaire divin étroitement lié à la prospérité de la race humaine et de l’environnement qu’il exploite.

  • ashame : droite (direction)
  • ashimo : bon
  • Ashmida : bienfait, ressource bénéfique
  • Eshma : chaleur
  • Ishamanda : certitude
  • Ishmara : loi, règle
  • ishme : vraiment, réellement
  • Shema : centre
  • Shima : langage
  • Yemsha : feu

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén