JeuNOC

Olomóc

Même un Bloc mineur et instable comme celui d’Olomoc semble chaleureux et confortable face à ce qui se trouve au-delà de la Ligne. Tout ici pue l’hostilité. Sortir, ce n’est pas seulement courir le risque de ne jamais revenir. C’est celui de revenir différent.
– Ivan”

Olomoc est un Bloc de taille modeste situé entre la puissante Prague et l’industrieuse Ostrava, à une cinquantaine de kilomètres au nord du Bloc interdit de Brno.

Surnommée « l’antichambre de Prague », Olomoc est cernée de marécages alimentés par la Morava, saturée de miasmes et hantée de ruines lentement digérées par la boue et la brume. Un signe funeste de ce que l’Objet-Dieu semble réserver à ce Bloc en résistance contre les éléments.
Pourtant, 50 000 âmes, dont 15 000 citadins, ont trouvé refuge derrière les fortifications et les douves d’Olomoc, subissant l’humidité qui corrompt tout, endurant les maladies et confrontées aux menaces huileuses qui rampent dans les canaux et les terres inondées.

L’Administration ne laisse rien au hasard. Le Diktat a abandonné au chaos, à la famine et aux Autres de nombreux Blocs plus prometteurs pour de simples motifs comptables. Pourquoi tolérer cette étrangeté aux portes de Prague ?

Olomoc était autrefois une enclave du Bloc industriel d’Ostrava, réputée pour sa production stratégique de moteurs quantiques, jusqu’à ce qu’une terrible catastrophe industrielle la frappe et l’isole. Le Diktat d’Ostrava était sur le point de s’en détourner et de laisser mourir Olomoc quand le Directoire de Prague ordonna sa sauvegarde. Accueillant les usines MEZ, spécialistes de l’énergie quantique, Olomoc fournissait à Ostrava de précieuses piles haute capacité et disposait d’un accès privilégié à des ressources minières capitales. Il était hors de question pour Prague d’accepter la disruption de la chaîne de production qui, in fine, l’alimentait en générateurs indispensables au maintien de son statut dominant. Aussi Olomoc fut-elle sauvée, quel qu’en fut le prix, accouchant de cette étonnante combinaison d’excellence technique et d’hostilité poisseuse.

L’enclave mutilée devint un Bloc indépendant connecté à Ostrava par la sinistre voie ferroviaire du Corridor de Hranice, perpétuellement nimbée de brume. Dominée de fait par la Direction du Progrès, Olomoc abrite aujourd’hui une cité fière et rude, consciente de sa valeur et des sacrifices qu’elle a consentis pour survivre, aussi désespérément fidèle à Prague que suspicieuse à l’égard d’Ostrava.

Olomoc sera le Bloc du livre de base de NOC, illustrant les principes de fonctionnement de tout Bloc soumis à l’Administration et fournissant un contexte complet, clé en main.

Vous y découvrirez de dangereux avant-postes miniers sécurisés par des compagnies franches, des expéditions de recherche réalisées par la Direction du Progrès au pied du sinistre Axe de Tovačov. Vous partagerez le quotidien de la Garde Noire sur les murs de la Ligne et naviguerez, arme en main, avec la compagnie fluviale de sécurité. Vous évoluerez dans les incontournables usines MEZ, coeur de la puissance technologique d’Olomoc et arpenterez les couloirs du Bastion du Progrès qui rivalise d’influence avec le Diktat lui-même. Vous flânerez dans le confortable centre-ville aux sept fontaines, dans la lumière quantique de la tour de la Coordination. Vous plongerez dans les Hypogées qui dorment sous la ville et sillonnerez en tram les quartiers de Droždín, Neředín et Holodany. Vous approcherez prudemment la banlieue submergée de Černovír et écouterez les légendes colportées par les paysans qui redoutent plus que tout l’onde obscure de la Morava.

Et, si parfois, dans les quartiers les plus sombres ou les campagnes les plus reculées l’attention de l’Administration semble se relâcher, l’Objet-Dieu, lui ne vous oubliera jamais.

Le 25 mai, embarquez pour Olomoc. Prague n’est pas si loin.

– L’équipe Sethmes

Laisser un commentaire