JeuNOC

Les sons de l’Artefact

Le projet NOC a plusieurs facettes. En parallèle du jeu de rôle, des jeux de plateau, romans, recueils sont déjà en cours de développement. Cette hétérogénéité est permise par le fait que NOC est avant tout un univers et une ambiance.

À ce titre, les illustrations sont pour nous bien plus qu’un ornement du fond : elles en sont une forme directe, percutante, immédiatement accessible. En écho, il nous est vite apparu que l’expérience serait incomplète sans une déclinaison sonore.

Les messages propagandistes et les pistes d’ambiance publiés sur notre chaîne Youtube sont un premier pas sur ce chemin, qui s’est poursuivi naturellement vers la musique.

Difficile pour nous aujourd’hui d’imaginer NOC sans cette composante clef soulignant les sensations que le contexte met en avant : horreur, émotion, mystique, étrangeté.

C’est à Kwark qu’a incombé la lourde tâche d’extirper du néant les sons de l’Artefact. Une mission qui, loin de l’impressionner, l’a passionné.
Sept morceaux de sept minutes : voilà le défi qu’il s’est fixé et qu’il a presque déjà relevé aujourd’hui. La piste jointe à cette publication n’est pas un extrait ni une compilation. Il s’agit d’une composition originale fondée sur les références, le style, les sonorités qui sous-tendent le reste de ce qui est devenu la bande originale de NOC, qui sera diffusée si le palier correspondant de la campagne de financement est atteint.

En attendant, nous avons demandé à Kwark de nous parler de son expérience du jeu, de la musique, du mix, de son rapport à Noc.
(À lire avec, bien sûr, un des excellents mix de l’artiste en arrière-plan : https://soundcloud.com/darkwark)

« Je suis tombé dans le monde du jeu de rôle dès mon plus jeune âge avec Sorcellerie, Dragon d’Or, Épouvante… Puis, entre amis, avec L’Œil noir, Warhammer, Bloodlust, Heavy Metal, In Nomine Satanis / Magna Veritas… Je me souviens de longues après-midi passées, à me plonger dans les univers de toutes ces boites aux histoires et illustrations magiques. J’en garde d’excellents souvenirs et un réel plaisir !

Mais ma véritable adoration va à la musique. La musique a toujours fait partie de ma vie, et c’est en découvrant les sons électroniques au milieu des années 90 que l’histoire a commencé.
Mixer est une passion dévorante qui demeure intacte depuis toutes ces années

La production est venue plus tard, NOC est mon premier projet d’album.

L’univers de NOC, dystopique, froid et horrifique a tout de suite fait écho face à certaines sonorités que j’affectionne : Zwischenwelt, Atrium Carceri, Lustmord… Le côté dieselpunk, dark, lourd de NOC s’est présenté comme une évidence qui ne demandait qu’à être explorée.

Le chiffre 7 est un élément-clé du jeu. Le défi que nous nous sommes lancés est de produire sept ambiances ayant un lien avec ce chiffre, mais surtout avec l’univers. Le but étant d’en dégager un complément à l’immersion. Une bande-son de JDR ne doit pas être au centre de l’attention, elle doit accompagner l’histoire…

Pour réaliser ce projet, je me suis plongé dans l’univers afin d’en comprendre les lignes directrices. En dégager des thèmes, des sons pouvant être associés à des mots. À suivi un gros travail de recherche sur les sonorités. Leurs sources me sont complètement égales, l’objectif étant de dégager une atmosphère qui illustre le contexte.

À ce jour, quatre pistes sont produites. Le teaser a été réalisé à partir de sons provenant de mon travail sur ces pistes. Nous avançons vite car le plaisir prime. Plaisir de participer à ce projet, plaisir d’apprendre toujours et encore, de découvrir, de partager… »

Nous espérons que vous serez aussi sensible que nous au résultat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *