JeuNOC

Carnet de développement #10 – La cabale

La cabale

L’union fait la force. Face aux épreuves, l’espoir vient de la confiance que les citoyens ont les uns envers les autres. Sceptiques en quête de réponses, dissidents en quête de liberté ou champions de l’humanité en quête d’une nouvelle aube, quelle que soit la Configuration de jeu utilisée, le groupe des héros formera une entité spécifique disposant de ses propres forces et faiblesses : une Cabale.

La Cabale est la cellule des PJ. Leur alliance. L’agrégat de leur patrimoine et le fruit de leur passif commun. Elle est aussi leur plus grande vulnérabilité. QG, planques, matériel, réseau, accès, équipement, façade, alliés, ressources ou archives plus exotiques, ennemis, corruption : la Cabale offre aux PJ un lien, des objectifs, des possibilités et des failles. Elle est comme un personnage supplémentaire, commun à toute de l’équipe. Elle dispose de sa propre feuille qui suit le même gabarit que celles des joueurs : 7 Domaines, 28 Talents, 3 réserves.

La création de la Cabale, qu’elle intervienne au début ou au cours d’une campagne, sera une étape importante de la vie du groupe. En ventilant quelques points, puis en décidant de leurs objectifs et de leurs faiblesses, les joueurs orienteront sensiblement le déroulement des parties à venir. Une Cabale lourdement équipée, militarisée et disposant d’un centre opérationnel sécurisé ne gérera pas les problèmes de la même façon qu’une cellule plus politique, nucléarisée et discrète, ou qu’un groupe d’intellectuels aux archives bien fournies et au laboratoire bien équipé, mais démunis face à la violence. Les Configurations orienteront évidemment la création d’une Cabale. Cet aspect sera même l’une de leurs composantes clefs pour typer l’expérience de jeu qu’elle propose.

Le développement technique de la Cabale sera une étape importante entre deux scénarios. En fonction de leurs choix et de leurs accomplissements au cours du jeu, la cellule engrangera des points de développement, que les joueurs pourront dépenser pour renforcer ses points forts ou combler ses lacunes. En parallèle, un héros pourra toujours faire le choix de sacrifier certains de ses propres points d’expérience pour les investir dans la progression de la Cabale. Après tout, elle fait partie de lui.

In fine, la Cabale est le radeau sur lequel un héros a embarqué pour traverser la tempête. Sa participation à cet équipage humain formalise sa collusion. Elle est le ciment entre des volontés et convictions parfois contraires. Une implication et une contrainte. Mais elle est aussi la convergence des intérêts, le prisme orientant les lueurs d’espoir en un faisceau puissant orienté dans une unique direction. L’enfer, c’est les autres. Aussi en va-t-il du paradis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *