JeuNOC

NOC – FAQ #10

Bonjour à toutes et tous,

Dixième FAQ sur les références historiques de NOC.

Cette FAQ est diffusée sur nos pages Facebook (Sethmes et NOC) et agrégée sur la page NOC du site web Sethmes – https://sethmes.com/faq-noc/
Transmettez-nous toutes vos questions à contact@sethmes.com ou via la page Facebook de NOC à www.facebook.com/nocsethmes.

Q : Régime totalitaire, le son des bottes, la propagande et le contrôle des masses. Je vois le genre. Quelles sont les inspirations de NOC tirées du monde réel ?

R : NOC met en scène un monde soumis à l’autorité indiscutable d’un gouvernement non démocratique. Ministères monolithiques, bureaucratie étouffante, collectivisme économique, comités de quartier, état d’urgence militaire… Son atmosphère et ses références s’étendent de l’entre-deux-guerres à la guerre froide et NOC puise notamment son inspiration dans la Russie soviétique et les pays du Bloc de l’Est à partir des années 50. La République démocratique allemande et la situation quotidienne à Berlin-Est ont constitué des ressources d’intérêt, notamment dans la manière dont des principes idéologiques extrêmement centralisés s’imposent concrètement à la population. Comme souvent, la minutie ou l’énormité des pratiques que nous avons découvertes dépassent de loin ce que nous envisagions pour NOC et nous avons tenu à mettre les méthodes de l’Administration en cohérence avec ses objectifs.

En effet, l’Administration de NOC n’est pas en guerre ouverte ni idéologique contre un ennemi identifié et associé à un territoire. Elle prétend lutter pour la survie de l’espèce humaine dans son ensemble, justifiant ainsi les mesures drastiques qu’elle impose à tous en brandissant son succès et sa collaboration avec le mystérieux Artefact. Un double argument pragmatique et quasi-mystique. La propagande enjoint au peuple la conformité et le respect des règles. L’ennemi, c’est l’extinction. L’ennemi, c’est l’individu qui menace l’équilibre tendu du Bloc et engage la survie de toute la société. Les motivations apparentes de l’Administration ne sont pas totalement absurdes mais derrière leur mise en application, il y a des hommes et des femmes de pouvoir, avec leurs faiblesses et leurs appétits. Sans parler de ce qui se meut dans l’ombre.

On retrouve également en marge des directives de l’Administration une zone floue et populaire où prospèrent communautés locales, assemblées et clubs qui composent des espaces de liberté individuelle. La Direction de l’Harmonie et la Police Secrète gardent l’œil sur ces initiatives mais sans atteindre le niveau d’intrusion systématique et paranoïaque du KGB ou de la Stasi. La question n’est pas tant de maîtriser toutes les pensées des citoyennes et des citoyens que de s’assurer qu’ils réalisent leur mission quotidienne au service du Bloc sans dévier des instructions.

Laisser un commentaire