JeuNOC

NOC – FAQ#4

Bonjour à toutes et tous,

Nous avons le plaisir de diffuser la FAQ #4 de NOC, notre jeu de rôle occulte dystopique. Nous évoquons aujourd’hui le caractère occulte du jeu et ses références rôlistiques.

Cette FAQ est diffusée sur nos pages Facebook (Sethmes et NOC) et agrégée sur la page NOC du site web Sethmes – https://sethmes.com/faq-noc/
Transmettez-nous toutes vos questions à contact@sethmes.com ou via la page Facebook de NOC à www.facebook.com/nocsethmes.

Q : En quoi NOC est-il un jeu “occulte” ?

R : NOC est un jeu occulte selon les deux acceptions du terme. D’une part, il existe des vérités dissimulées à la population par le système en place. Le fait que la méconnaissance du passé soit volontairement entretenue par l’Administration et notamment le Ministère de l’Harmonie en est un exemple. Les instructions et les affirmations de l’Administration visent de manière générale à maîtriser les esprits et axer les efforts des citoyens sur la réalisation des tâches imposées par l’état d’urgence.

Par ailleurs, le terme se réfère aux forces invisibles qui sont tapies dans l’ombre et assistent ou participent à la tragédie de la Terre incarcérée. Bien que nous ne nous étendrons pas ici sur leur nature exacte (humaine ? Surnaturelle ? Extraterrestre ? Ou tout autre chose ?), ces forces sont occultes au moins par leur goût pour la dissimulation et l’opacité de leurs motivations.

Ces éléments seront bien sûr des moteurs forts pour les personnages qui souhaiteront comprendre la nature réelle de la situation qu’ils vivent et de l’Objet-Dieu.

Q : NOC est-il un jeu d’enquête occulte comme l’Appel de Cthulhu ? Un jeu post apo comme Dark Earth ? Un jeu d’horreur psychologique comme Kult ?

R : Un peu les trois, et aucun entièrement. Au cours de leurs aventures, les héros de NOC s’enfonceront inévitablement dans les mystères tapis parmi les ombres du Bloc, croiseront sûrement des choses « indicibles », verront leur santé physique et mentale poussée dans ses retranchements et arpenteront peut-être les landes désolées s’étendant aux limites de la civilisation. En outre, NOC assume la maturité de son propos et la dureté de son traitement, se rapprochant en cela de jeux considérés comme « adultes » tels que Kult, Whispering Vault ou encore Wraith.

Toutefois, deux éléments donnent sa spécificité au contexte de NOC : sa structure sociale et l’Artefact.

L’Administration est un régime totalitaire, productiviste, intolérant, omniprésent et fanatisé. La société qu’elle régit est un reflet déformé de l’Europe de la première moitié du XXe siècle et à ce titre nous pouvons rajouter Rétrofutur ou Warsaw, par exemple, au livret de famille de NOC. Mais l’enfermement dans l’enceinte du Bloc et la légitimation métaphysique du pouvoir finissent de faire de l’ordre établi une source de jeu à la fois classique dans ses références mais originale dans son approche.

C’est toutefois l’Artefact, ses manifestations et ses secrets qui entraînent NOC sur un chemin inédit. Quelle que soit la voie empruntée par les personnages, ils ne feront pas l’impasse sur la question des origines, du dessein et du rôle de l’Objet-Dieu sur leur monde. Leur quête de connaissance, qu’elle soit un leitmotiv omniprésent ou un fil rouge distant, les entraînera sur une trajectoire singulière dont il est trop tôt pour parler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *