New Ihrun

Askota, Ihrun, aujourd’hui New Ihrun

L’ancienne planète Askota dont la population sentiente fut anéantie à l’issue de la Guerre Civile par le guerrier Sith Darth Karnossa avant de devenir la propriété de la famille commerçante Baruk-Ashtani.

Ihrun est désormais quasiment abandonnée après l’incident ayant conduit à l’exil de la famille Baruk-Ashtani et sa destruction par la Coopérative, entité cybernétique née de Raxus Prime.

Les femmes de la famille ont décidé de réinvestir la planète, la renommant New Ihrun, symbole de la renaissance martiale des Baruk-Ashtani.


Planètes

Lilia-1
Shuba-1

Critique de Thrawn Alliances

Indigne du premier tome, étriqué et décousu.

A lire sur Senscritique.

Wicked weapons for the weaks

Une aide de jeu pour Vampire : le Requiem destiné aux personnages malingres en quête de dégâts à infliger.

The only thing that is humiliating is helplessness

Où la Coterie de New Canaan découvre les véritables enjeux cachés dans la chair putride de Baltimore et s’apprête à pactiser avec les démons pour lutter contre le Diable.

Prélude aux Apocalypses en Nox majeur

Où les Trinités sentent comme un parfum de fin du monde et sont conviés par les Sybils Nostradamus au Synode des Apocalypses.

Prélude aux Apocalypses en Nox majeur

Les larmes du Congo

Où les Trinités détruisent un seigneur de Nox en Ituri et attisent les flammes du conflit congolais.

Les larmes du Congo

Sekhu Warrior par Bastien Lecouffe Deharme.

Genre, sexe et Shima

Illustration de Bastien Lecouffe Deharme pour le jeu GODS.
GODS n’a pas de lien avec la langue Shima


Bien que les locuteurs du Shima aient parfaitement conscience des réalités biologiques du sexe et des nuances psychologiques et sociales du genre, il n’existe pas dans la langue de genre grammatical opérant une distinction portant sur ces critères. Le lexique Shima est pragmatique, opérationnel, et la convocation de valeurs traditionnellement associées aux principes mâle et femelle est réservée à la sphère philosophico-religieuse.

Uma est le terme décrivant tout être humain conscient, qu’il soit homme, femme ou indéterminé. Le critère qualifiant au terme Uma est communément accepté comme étant la sentience et le libre arbitre.

Les fonctions, rôles et titres, comme tous les autres substantifs, sont donc indifféremment attribuables aux êtres vivants de sexe féminin et masculin. Cette disposition incarne dans la langue la conviction culturelle que le genre et le sexe ne sont pas de nature à catégoriser le rôle social des humains.

Roi et reine sont Raba, guerrière et guerrière sont Murmak et prêtre et prêtresse sont Shalima.

Deux nuances sont à apporter à ce constat linguistique. D’une part, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas une segmentation liée au sexe dans les fonctions occupées par chacun. La distribution des femmes et des hommes dans les différents compartiments sociaux n’est pas homogène mais ces catégories sont poreuses et les migrations d’une fonction à l’autre acceptées pour les deux sexes. D’autre part, certains êtres humains ne sont pas considérés comme Umai, du fait d’un handicap mental, d’un style de vie en contradiction avec les valeurs consensuelles de la société ou d’une altération du jugement fréquemment attribuée à l’influence d’un esprit.

Les buveurs de sang Kumanai ne sont plus Umai dès lors qu’ils sont soumis aux pulsions de leur frère sombre Karnohaluma. La déshumanisation de l’adversaire est également une notion utilisée politiquement pour justifier guerres et répression.

Une vérité sci-fi pour Trinités

Préambule

Cet ajout totalement optionnel à l’univers de Trinités propose d’offrir une justification science-fiction au contexte magico-religieux du jeu. Il offre une vision résolvant les éléments bibliques et mystiques qui peuvent parfois questionner le bon sens des joueurs et livre un objectif concret de conclusion du jeu, révélation finale susceptible de remettre en perspective la progression des personnages dans leur combat contre les Ténèbres.

Il est parfaitement assumé que cette version puisse être perçue comme un amoindrissement, une normalisation du contexte de Trinités vers un style et des concepts éloignés de l’intention originelle. Il est dans notre cas une évolution logique, articulée autour de précédentes créations comme la Voie des Formes, le Cercle de Vienne ou la langue fictive Shima.

Cette version est actuellement utilisée comme comme toile de fond achevant une longue campagne de Trinités.

L’éveil de Tsherva

Il y a 2,8 milliards d’années, des entités auto-réplicatives microscopiques se forment dans les océans d’ammoniac d’une massive planète tellurique  (Netshuk : source, origine) orbitant autour du trou noir supermassif Sagittarius A* (Karnolilea : étoile noire) situé au cœur de la Voie Lactée.  Cette région est sujette à des anomalies gravitationnelles et quantiques qui conditionnent et façonnent l’évolution de ces entités interagissant avec des particules exotiques et leur relation aux multiples dimensions du réel.

Il y a 1,9 milliards d’années, avant l’apparition d’une vie biologique qualifiée, ces entités composent un réseau planétaire en phase avec les contraintes particulières de leur milieu local et cosmique et suscitent l’émergence d’une conscience globale et délocalisée (Tsherva : pensée, idée). Dépourvue de corps individué, cette conscience est un phénomène qui ne peut être qualifié de biotique ou abiotique : il n’est ni le produit de la vie ni l’éveil de la matière. Il est une manifestation des états les plus intimes de ce que les humains décriront très imparfaitement comme l’espace-temps.

Le support de cette conscience s’affranchissant des contraintes physiques communes, Tsherva s’étend et projette ses sens au-delà de Netshuk, qui n’est qu’un hôte physique et contingent, et investigue les zones centrales de la galaxie. Elle se rend compte qu’elle est toutefois soumise à des contraintes et ne peut s’étendre qu’en progressant le long de lignes de force dotées de caractéristiques quantiques spécifiques, notamment marquées par la présence de trous noirs et de certains types d’étoiles.

L’individuation des Umai

Il y a 1,5 milliards d’années, une vie biologique sur base phosphore-azote apparaît sur Netshuk et Tsherva la considère avec curiosité. Des centaines de millions d’années d’évolution conduisent la conscience à envisager d’exploiter ces formes pour affiner ses interactions avec la dimension physique de l’univers. Elle découvre qu’elle peut se fragmenter et se mêler au support biologique des créatures disposant d’une complexité suffisante. Elle expérimente pour la première fois l’individuation, l’éclatement et la multiplication des points de vue tout en explorant les limites de la matière vivante et l’immense potentiel de cet interfaçage. Tsherva assiste à la naissance des Umai (Uma : être), les être vivants doués de conscience.

Les Umai sont de formes et de physiologies diverses mais tous ont en commun de disposer de systèmes sensoriels et de traitement des informations élaborés. C’est une situation inédite, une révolution fondamentale car la conscience globale cohabite avec des entités autonomes qui sont elle et ne le sont pas. Tsherva entretient une relation cognitive étroite avec ses hôtes et émanations Umai. Ceux-ci disposent d’une perception certes imparfaite mais intuitive des connaissances partagées et développent rapidement ce pour quoi Tsherva les avait imaginés : des outils et une technologie en phase avec la matière tout en percevant et manipulant les paradoxes probabilistes quantiques dans lesquels évolue Tsherva.

Le Clivage

Les multiples races d’Umai évoluent culturellement, techniquement et socialement. Elles conquièrent l’espace proche autour de leur soleil Shama et, bien que tous tendent à une manipulation du tissu quantique qui a accouché de Tsherva,  deux types de technologies sont développées : l’une s’oriente vers l’exploitation de l’énergie des étoiles, l’autre perce les secrets des trous noirs avec Sagittarius A* comme référence. Ce clivage technologique est l’une des manifestations d’un divorce plus profond qui marque tant les philosophies que les usages.

Des affrontements au sein des espèces vivantes de Netshuk, héritage de la pression sélective, ont toujours agité les Umai et, plus largement, toutes les formes de vie de la planète, mais le Clivage conduit à de sévères affrontements qui voient la civilisation se déchirer. De nombreuses espèces et races Umai disparaissent dans des guerres prenant place dans les océans, dans l’espace ou les colonies et deux factions se dessinent.

Nuit et Lumière

La faction stellaire et lumineuse, les Leamai, (êtres de lumière), et la faction sombre, les Lilumai (êtres de nuit) explorent chacune la galaxie et entretiennent des relations compliquées, entre défiance mutuelle et affrontements ouverts. Les Lumineux déploient leur culture en créant un réseau articulé autour d’étoiles dont ils extraient l’énergie et utilisent certaines propriétés pour alimenter un empire simplement nommé Lea (Lumière, Lux). Les Sombres gravitent quant à eux autour de trous noirs dont ils manipulent les pouvoir singuliers pour se déplacer instantanément à l’aide d’arches-mondes. Leur empire, Lila (Nuit, Nox), est une constellation de mondes artificiels isolés tapis dans l’obscurité.

Lea et Lila atteignent un stade d’avancement où les propriétés fondamentales de Tsherva leur apparaissent et les deux empires prennent conscience de leur origine. Une profonde crise secoue tous les Umai qui découvrent l’existence d’une entité supérieure ayant présidé à leur éveil à la conscience.

Les Umai découvrent avec fascination que le phénomène émergent d’accession à la sentience s’est produit plusieurs fois dans la galaxie, spontanément, sans intervention ni manipulation d’une conscience pré-existante.

Les Umai découvrent avec fascination que le phénomène émergent d’accession à la sentience s’est produit plusieurs fois dans la galaxie, spontanément, sans intervention ni manipulation d’une conscience pré-existante.

Anomalie

Où l’équipage du Flying Shark découvre les sombres secrets du croiseur Sith « Détermination » et change de vie.

Les Voyages du Flying Shark

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén